Alexia Renard (Université de Montréal) – Le véganisme comme mouvement social : une approche par l’analyse de réseau

Quand :
16 janvier 2020 @ 10:30 – 12:00
2020-01-16T10:30:00-05:00
2020-01-16T12:00:00-05:00
Où :
Centre de recherche en éthique (CRÉ)
2910 Boul. Edouard-Montpetit
salle 309
Montréal

Alexia Renard (Université de Montréal) – Le véganisme comme mouvement social : une approche par l’analyse de réseau

Résumé

La communication présentera les résultats d’une recherche de terrain menée en 2019, au Québec, sur le mouvement végane. Alors que certains qualifient le véganisme de mouvement lifestyle, orienté vers le changement culturel et individuel – tandis que les mouvements « conventionnels » viseraient le changement social (Haenfler, Johnson, et Jones 2012), d’autres s’opposent à une dichotomie jugée artificielle et proposent une définition du véganisme comme engagement politique pour les droits des animaux (Véron 2016). Qu’en est-il au Québec ?

Selon Mario Diani, les mouvements sociaux se caractérisent par des réseaux d’interaction informels entre une pluralité d’individus, de groupes et d’organisations, liées par une identité collective et engagées dans un conflit politique ou culturel (Diani 1992). Partant de cette définition, ma recherche s’est d’abord intéressée à la structure globale des acteurs collectifs québécois (organismes de charité, grassroot groups, etc.). J’ai, dans un second temps, analysé l’identité collective du mouvement, qui repose sur une revendication centrale – plus ou moins frontalement énoncée : l’abolition de l’exploitation animale.

Les résultats montrent que le véganisme constitue un mouvement social, selon la définition proposée par Diani. Sur le plan organisationnel, le mouvement québécois présente une structure éclatée, peu hiérarchisée, qui s’incarne dans des actions diverses dont la cible est autant la culture dominante que l’arène juridique et, moins souvent, la sphère politique. Toutefois, le mouvement est quasiment absent de l’arène politique conventionnelle : la question du conflit politique est donc encore ouverte, nous amenant à nous réinterroger sur la dichotomie entre mouvement culturel et mouvement social.

Biographie

Alexia Renard est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal, sous la direction de Pascale Dufour. Elle prépare une thèse sur le mouvement pour les droits des animaux, en perspective comparée France/Québec. Son mémoire de maîtrise, portant sur le mouvement végane au Québec, a obtenu la mention « exceptionnel » et a été jugé comme étant « une contribution majeure ».