15 novembre. Conférence de Stéphanie Posthumus – L’écocritique, vers une nouvelle analyse du réel, du vivant et du non-humain

Le GRÉEA est heureux de recevoir Stéphanie Posthumus (Mc Gill University) pour une conférence intitulée « L’écocritique, vers une nouvelle analyse du réel, du vivant et du non-humain ».

Vendredi 15 novembre
10h30-12h, McGill University
Wilson Hall, salle 104 (3506 University Street, Montréal)

Résumé

Que peut la littérature face à la crise environnementale? Parue dans le domaine des études littéraires au début des années quatre-vingt-dix, l’écocritique s’est donnée comme objectif principal de répondre à cette question en posant les jalons d’une nouvelle analyse de la nature et de l’environnement dans le texte littéraire. Depuis son émergence, l’écocritique a connu des moments fondateurs ainsi que des moments de crise par rapport à ces deux concepts de nature et d’environnement; certains soulignent l’échelle globale de l’imagination environnementale (Buell) alors que d’autres cherchent à comprendre les différentes traditions littéraires et culturelles des imaginations environnementales au pluriel (Heise). En me situant dans ce deuxième camp, je me propose d’illustrer ce que la littérature française contemporaine contribue à la discussion des enjeux littéraires, écologiques et culturels de l’écocritique.