GRÉEA

Présentation

Le GRÉEA est un groupe de recherche interuniversitaire et interdisciplinaire en éthique environnementale et éthique animale, associé au Centre de recherche en éthique (CRÉ). Le GRÉEA regroupe des chercheur·es diplômé·es (professeur·es d’université et de CEGEP, postdoc, etc.) et des étudiant·es de cycles supérieurs qui travaillent dans ces domaines ou sur des questions relatives à ceux-ci.

Le GRÉEA reconnaît que ses activités ont principalement lieu sur le territoire de ce qui est aujourd’hui Montréal, un territoire qui a longtemps servi de lieu de rencontre et d’échange entre les peuples Autochtones, y compris les nations Haudenosaunee et Anishinaabeg.

L’objectif du GRÉEA est de soutenir la recherche en éthique environnementale et animale, en particulier depuis une perspective non-anthropocentrée. Le GRÉEA poursuit notamment cet objectif à travers l’organisation d’activités de recherche (conférences, ateliers, formations), la diffusion des travaux de ses membres, et en offrant un soutien logistique et financier à la recherche effectuée dans ces domaines (bourses d’études supérieures, stages postdoctoraux, aide à la publication et à la diffusion).

Le GRÉEA vise en outre à rendre plus visible et plus accessible la recherche actuelle, francophone et anglophone, en éthique environnementale et animale en dehors du monde académique. Les chercheur·es du GRÉEA sont engagé·es et tiennent à ce que leurs travaux aient des effets concrets sur la société. Iels sont réuni·es par la conviction qu’il est, entre autres, nécessaire de remettre en question l’humanisme classique pour mieux protéger les animaux et l’environnement.

Mettre la théorie en pratique

Nous nous engageons à réduire l’impact négatif de nos activités sur les animaux, les communautés écologiques et les écosystèmes. Lors de nos événements, nous ne servons que des aliments et boissons d’origine végétale. Nous privilégions également les produits locaux et biologiques et n’utilisons que de la vaisselle non jetable. Nous finançons uniquement les voyages en train, en autobus, en bateau ou par des modes de transport encore moins polluants. Nous privilégions finalement l’électronique et le numérique par rapport à l’imprimé lorsque cela est possible.